picto-immuno-800Axe thématique historique du pôle de compétitivité Atlanpole Biotherapies, l’immunobiothérapie fédère plus de 60 Etablissements et unités de recherche et de soins, entreprises, et plateformes technologiques, plateaux techniques et bio-collections.

Ces ressources sont consacrées à la recherche et à l’innovation sur les anticorps, les vaccins, les immunomodulateurs et le transfert adoptif de cellules pour lutter contre le cancer, l’inflammation, les maladies auto-immunes et infectieuses.

Plusieurs projets structurants (IHU CESTI, MabDesign, LABEX IGO, LABEX MabImprove, Biomédicaments, Biopractis, IFBC) soutenus par l’Etat dans le cadre du programme des investissements d’avenir, les collectivités territoriales et de grands comptes pharmaceutiques ont permis de structurer un pôle de recherche interrégional et une filière industrielle qui se développe dans le cadre du réseau national MabDesign.

L’ambition d’Atlanpole Biotherapies est de poursuivre cet effort de structuration de filière en capitalisant sur l’interclustering à l’échelle nationale et européenne et de favoriser l’industrialisation et la mise sur le marché des livrables de projets industriels (TRIAD, SADEL, EFFIMAB, EMERIT, HEPAVAC, PremiumADCC, SELECTIMMUNONCO, HUMAXIS…) portés par des entreprises phares du pôle (Valneva, Effimune, In Cell Art, Clean Cells, Cytune Pharma, Affilogic…).

Zoom sur l’IHU CESTI (Centre Européen des Sciences de la Transplantation et de l’Immunothérapie)

Sélectionné en 2011 en réponse à l’appel à projets « Instituts Hospitalo-Universitaires : IHU » du programme des investissements d’avenir, l’IHU CESTI a démarré en 2013 avec pour objectif la recherche translationnelle sur le contrôle de la réponse immunitaire et l’induction de la tolérance du patient vis-à-vis des thérapies de remplacement (greffes d’organes, de tissus ou de cellules, vectorisation de produits de thérapie génique). Le CESTI est porté par le CHU de Nantes en partenariat avec l’Université de Nantes, l’INSERM, la Région des Pays de la Loire, Nantes Métropole, l’Ecole Vétérinaire de Nantes (Oniris), le pôle de compétitivité Atlanpole Biotherapies et l’Université de Rennes et est doté d’un budget de 10 M€ financé à parité par l’Etat et les collectivités territoriales.

Cette enveloppe a permis de financer 23 projets de recherche et 2 plateformes technologiques qui, fin 2014, ont été valorisés par la mise en place de 8 projets de partenariat public-privé notamment avec des PME du pôle, le dépôt de 9 brevets, la création de 3 spin-offs (Horama, Xenothera, Mustem), 63 publications dans des revues scientifiques internationales, la création de 22 emplois (chef de projet, post-doctorants, ingénieurs, techniciens), le recrutement de 12 doctorants et la mise en place d’un module de sensibilisation des doctorants à l’entreprenariat (Biotech Academy).

Les perspectives à moyen-long terme concernent le soutien à la réalisation des projets financés, la transposition de modèles précliniques à la clinique, la pérennisation du programme au-delà de la période du soutien public (5 ans), l’ouverture de nouvelles pistes d’investigation y compris l’intégration de nouvelles approches de traitement de données massives et la poursuite de la valorisation des livrables des travaux de recherche.