picto-radiopharma-800La région des Pays de la Loire est à l’avant-garde de la recherche sur les radiopharmaceutiques depuis plus de 35 ans et rassemble, avec les régions Bretagne et Centre, une masse critique de compétences et de ressources comprenant une quarantaine d’établissements de recherche et de soins, d’entreprises, et de plateformes technologiques, plateaux techniques et bio-collections.

arronax_4Cette communauté scientifique s’appuie notamment sur le cyclotron haute intensité, haute énergie, Arronax dédié à la recherche et à la production de radioisotopes médicaux innovants afin de développer des radiopharmaceutiques et des technologies connexes pour l’oncologie, la neurologie et la cardiologie. En particulier, les essais cliniques en radioimmunothérapie sur des formes de cancer radiosensibles ou résistantes aux autres modalités thérapeutiques sont très prometteurs avec un anticorps radiomarqué pour le traitement du cancer de la prostate en phase III. Les travaux réalisés dans ce domaine par l’équipe de Françoise Kraeber-Bodéré au Département de Médecine Nucléaire du CHU de Nantes ont été récompensés par une Victoire de la Médecine en 2009.

Cette dynamique est soutenue activement par le pôle de compétitivité Atlanpole Biotherapies qui fédère l’ensemble des acteurs de la filière sous la bannière « Isotop4Life » autour de projets collectifs (EQUIPEX ArronaxPlus, LABEX IRON, NucSan) et industriels (Theranean, Quanticardi, TheraneaM, FIRM) financés par l’Etat et les collectivités territoriales notamment dans le cadre des investissements d’avenir.  D’autres projets en cours d’instruction (La Fabrique, ERIVAC) ont vocation à doter le Grand Ouest d’une véritable filière industrielle ouverte sur l’international avec, en perspective, la « Clinique de la RIT » qui permettrait d’accueillir des patients du monde entier.

Zoom sur EQUIPEX ArronaxPlus

L’objectif d’ArronaxPlus est de structurer, renforcer et coordonner 5 plateformes technologiques afin de développer l’imagerie moléculaire et la radiothérapie « vectorisée » (irradiation d’une tumeur avec un élément radioactif, seul ou lié à un vecteur) pour améliorer le diagnostic et le traitement du cancer. Ces plateformes seront valorisées pour accroître la connaissance de l’impact des rayonnements ionisants sur la matière, produire des radioistopes médicaux et des radiopharmaceutiques, valider ces produits dans le cadre de projets de recherche translationnelle et assurer la formation des utilisateurs. L’Equipement d’Excellence ArronaxPlus est réparti sur plusieurs laboratoires académiques : le GIP Arronax, le Centre de Recherche en Cancérologie de Nantes-Angers (CRCNA), le laboratoire de recherches subatomiques Subatech, le laboratoire de recherche en chimie organique Ceisam, l’école vétérinaire Oniris, le département de médecine nucléaire du CHU de Nantes et de l’institut de Cancérologie de l’Ouest. Porté par le GIP Arronax, il a été financé en 2012 par l’Etat dans le cadre de l’appel à projets EQUIPEX du programme des investissements d’avenir (PIA), ainsi que par les collectivités locales, les tutelles et le privé à hauteur de 8 M€ sur 8 ans, dont 6 M€ d’investissement en équipements. L’année 2014 a été marquée par des travaux d’aménagement des plateformes, l’acquisition et l’installation des nouveaux équipements, la production de radionucléides, le lancement d’études expérimentales et d’essais cliniques en imagerie moléculaire et radiothérapie vectorisés sur plusieurs cancers, le dépôt d’un brevet, la mise en place d’un projet pédagogique (création d’un master en radiobiologie à l’Université de Tours, mise en place de formations pratiques sur les automates de synthèse et en radiophysique) à vocation européenne (ITN MEDICIS-PROMED) et en lien avec d’autres projets structurants du PIA (LABEX IRON, DHU Onco-greffe), la création de 4 emplois et le recrutement d’un doctorant. Les perspectives pour 2015 et 2016 concernent l’achèvement des travaux d’aménagement et d’équipement, la définition des règles de fonctionnement, de l’offre et du plan d’affaires, la labellisation et le lancement commercial des plateformes, la poursuite des programmes scientifiques et le renforcement des liens avec d’autres projets du PIA (IRT Jules Verne, LABEX IRON, LABEX IGO, LABEX MabImprove, DHU onco-greffe).